Bénin : Moïse Kérékou critique le Zone de libre-échange continentale

, par PATINVOH Rufin

Dans un post Facebook, Moïse Kérékou l’ancien ambassadeur du Bénin près de la Turquie a vertement critiqué l’accord signé le 21 mars par les pays africains pour la mise en place d’une zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Pour le diplomate, l’Union Africaine est en train de mettre la charrue avant les bœufs avec ce projet. Elle n’a pas appris selon lui, des problèmes d’intégration qui se posent au niveau des Communautés Economiques Régionales (CERs). Pour étayer son argumentaire, Moïse Kérékou a évoqué le cas de l’Union du Maghreb Arabe qui ne fonctionne pas en raison du conflit qui persiste entre l’Algérie et le Maroc au sujet du Sahara occidental.

Il a également parlé de la Cedeao où la « libre circulation des biens et des personnes n’est pas entièrement effective  » de son point de vue.

Pour le diplomate, les Etats africains doivent renforcer l’intégration économique au niveau de ces (CERs) au lieu de penser à la création hâtive d’ une Zone de libre-échange continentale. En approuvant la mise en place de la Zlec les pays africains se comportent comme des « chevaux avec des œillères qui entravent une partie de leur champs de vision latéral et arrière » a laissé entendre le fils du regretté Mathieu Kérékou.

Il reste par ailleurs persuader de l’échec de la Zlec.Selon lui, le projet ne « sera pas effectif et sa mise en œuvre sera impossible. Une zone de libre-échange continentale sera possible lorsque chaque CERs l’aurait rendu effectif dans son espace regional » .


Rufin Patinvoh

Abonnez-vous à la Lettre de nouveautés du site et recevez chaque lundi par courriel la liste des articles parus, en français ou en anglais, dans la semaine écoulée.